Marie Charles, Psychopraticienne, Gestalt-thérapeute, Superviseur et FormatriceBonjour,

Ce site a été créé pour vous permettre de me connaître et de découvrir mes activités. Il vit depuis plus de 7 années, il vous a intéressés, séduits parfois. Aujourd'hui il évolue, change, se transforme. 

Je suis psychopraticienne et Gestalt-thérapeute, Superviseur et Formatrice.

J'exerce à  Vanves (92170) pour les séances individuelles, j'anime des Groupes et des Stages. Je supervise la pratique de jeunes thérapeutes. Je forme, en libéral et en institutions, aux techniques d'accompagnement, à des outils d'écoute, à des thèmes spécifiques au travail d'écoutant. Mes formations sont toutes didactiques et expérientielles.

Le Savoir est complété par la connaissance de soi, au service du Savoir Etre pour un plus large Savoir Faire

Vous pourrez, au fil des pages :

Bonne visite !


. Histoires en héritage.
 Systémie, Psychogénéalogie
   & transgénérationnel

Marie Charles - Formation Histoires en héritage. Systémie, Psychogénéalogie et Transgénérationnel 

. 2018-2019 : Séances individuelles

Séances individuelles - Adultes, couples, pré-adolescents et adolescents - Cabinet de Marie Charles

 


=> ABONNEZ-VOUS et recevez l'Édito tous les mois !

Octobre 2018

"Ne prenez pas pour vrai, tout ce qui vous est dit, même si
ces paroles proviennent d'un maître"

Bouddha

© Crédit photo Marie CHARLES - Edito Octobre 2018

Foi, Amour et liberté d’Être !

Pas de baguette magique, ni de simplicités à cette démarche, pas de facilités ni de toute-puissance pas plus que de capacité à supprimer la souffrance,  pour le psychothérapeute. Juste la foi dans le processus, du travail, de la conscience et beaucoup de volonté. Peut être un « sens de vie » qui nous mène là, dans cette écoute humaine profonde. Un chemin à deux, parcouru avec attention et présence, lucidité et amour, conviction et ténacité. Je crois profondément à la psychothérapie, ses concepts et ses outils, quels qu’ils soient, tant qu’ils sont complémentaires, au service de l’Être en questionnement, et utilisés avec conscience et respect. Et, le devoir qui est le nôtre, est d’avoir fait et de faire ce long chemin avant - et pendant – et d’en accepter les méandres parfois douloureux de notre propre découverte. Je crois encore plus à ce qui se met en œuvre au sein de cette relation. La rencontre qui soutient, soulage, apaise, et permet l’évolution de soi. Cette route ardue exige de nous tous : efforts, patience, bienveillance, humilité.

Accueillir et permettre à cet Autre de déposer ses souffrances et ses blessures, ses larmes comme ses rages, exige de la solidité ajoutée à une constante souplesse de notre posture et de nos multiples ajustements. Il ne s’agit ni de discuter, ni de conseiller, mais d’accompagner les pas hésitants de chacun, et d’être là, constants, rassurants, tolérants et parfois bousculants. C’est un art en soi que de savoir Être aux côtés de l’autre, empathiques et différenciés. C’est beaucoup de travail et d’exigence. Trier pour réparer ses propres douleurs, acquérir le savoir conceptuel et les outils, expérimenter ce double mouvement d’être là et de laisser l’autre advenir à lui-même, demandent un engagement tenace, récurrent, volontaire. Et, c’est pour moi une source de joie profonde et d’émerveillement quotidien.

J’étais, ce dernier mois, avec un groupe de formation en Systémie et thérapie trans- générationnelle. De la théorie à intégrer bien sûr, mais surtout le choix de mettre en travail les concepts dans un travail expérienciel, individuel et de le partager en groupe.
© Crédit photo Marie CHARLES - Edito Octobre 2018Nous mettons ainsi en lumière l’arbre de vie de chacun, sans fards quels que soient les dénis, les doutes, les hésitations, les évitements, les quêtes, et les secrets. Les Histoires: certaines brutales et destructrices, d’autres très silencieuses et créées « en creux », se rencontrent, se répondent, éclairent en écho ou en miroir les vécus de chacun. Ce que cachent les silences, les absences, les vides se révèle alors tout aussi impactant que les cris, et les violences. Ces vécus ont cassé, brisé, tué parfois, une part de nous et de notre âme.
Nous y avons mis  en forme la photographie  instinctive de chaque arbre  pour y découvrir les incohérences, les ambiguïtés et les ambivalences. Nous les avons alors longuement confrontées à la réalité des faits, des dates, des liens, des récits de famille.
Nous avons enquêté pour dénouer les mystérieux mythes familiaux, les faire conscients, et les comprendre mieux, afin de choisir ensuite quelles loyautés garder et comment amoindrir celles qui ne sont que poids et alourdissent notre chemin.
Nous avons complété les Grands livres des comptes, observé les missions originelles de chacun, et commencé à libérer ces forces handicapantes pour plus de justice et de justesse. Nous avons parfois invité les morts pour leur dire nos peines, nos regrets, nos dettes et nos chagrins, demander leur aide, nous co-libérer, puis enfin les laisser partir.

© Crédit photo Marie CHARLES - Edito Octobre 2018

© Crédit photo Marie CHARLES - Edito Octobre 2018Cultivons notre liberté intérieure, dénouons nos croyances, lâchons nos loyautés nocives et défendons nos convictions. Ne laissons personne savoir pour nous, mais acceptons les éclairages qui construisent notre pensée et nos choix. A nous de creuser et de vérifier les pistes émergentes pour créer notre cohérence et trouver notre axe d’équilibre. Quels que soient les outils thérapeutiques ils doivent être au service de notre grandissement, avec prudence, et clarté, sans nous diriger. Ils nous offrent un chemin vers nous, notre histoire et notre vérité. Rien de plus, et tout est là.  

Marie CHARLES

=> Téléchargez l'édito au format