Marie CHARLES, Gestalt therapeute, Psychopraticienne, Superviseur et formatrice"Je vous écoute si vous le souhaitez "... 

Nous vivons des journées bouleversées et notre quotidien est devenu à la fois plus restreint physiquement et beaucoup plus anxiogène psychiquement. Notre responsabilité civique et humaine exige que nous respections les consignes données, pour nous-même, pour nos proches et pour le monde…

Ma responsabilité - et mon souhait - est d’offrir ce que j’ai et ce que je sais faire à ceux qui en ont besoin.

Si vous-même - ou quelqu’un de votre entourage, de vos connaissances - traversez des moments particulièrement difficiles à gérer. Si vous avez à vivre des évènements douloureux sans espace pour mettre des mots. Si vous ressentez le besoin de dire et d’être entendu …

Contactez moi par messagerie, sms ou mail…

Je fixerai alors avec vous un rendez-vous

Je serai à votre écoute et disponible pour vous :

  • par téléphone, par Skype ou Whatsapp, par mail aussi ;
  • le temps sera court – 15 à 30 mn maximum ;
  • et cette proposition, est – bien sûr, bénévole. 


Il ne s’agit pas tant de thérapie ici, juste d’humanité...

Courage à nos soignants, à tous ceux qui œuvrent chaque jour pour nous, et à nous tous pour traverser au mieux !

Marie CHARLES  

Tél : 06 80 92 88 30
Email : mm.charles@free.fr

_________________________________________________

J’accompagne depuis plus de 20 ans maintenant ceux qui cherchent un apaisement et un sens à leur chemin de vie comme à la complexité de leur parcours.  Notre travail commun leur a souvent permis d’y voir plus clair et de faire des choix de vie, de trouver une estime de soi et de la confiance, de construire leur À venir.

J’amorce une étape importante de mon parcours. Le cabinet de Vanves a fermé ses portes, et se déplace partiellement sur Meudon.

  • Je cesse les thérapies au long cours, qui exigent une présence des deux parties, assidue, régulière, volontaire.

  • Je continue ponctuellement un travail thérapeutique avec ceux qui ont besoin de clarifier leurs réflexions, de faire des choix engageants, d’être soutenus dans la mise œuvre de leurs projets, et qui, après un travail déjà long, peuvent cheminer par eux-mêmes, avec mon appui.

  • Je supervise des professionnels,  dans l’analyse de leur pratique, dans la mise en lumière des  résonances entre les thèmes traités  et leur propre histoire, dans l’exploration de leur contre-transfert, et donc  dans l’ouverture à de nouvelles perspectives.
     
  • Je poursuis mes activités de formatrice, pour un public curieux et soucieux de compléter son évolution personnelle avec un Savoir théorique thématique et un apprentissage au travers de l’expérimentation.
     

Le Savoir vient alors compléter la connaissance de soi, amplifier le Savoir Être pour renforcer le Savoir Faire.
 

 

FFP2 : des pchychopraticiens bénévoles vous écoutent
COVID - 19

 

 
 
 
 
 
 

PSY en MOUVEMENT vous propose également une liste de Psychopraticiens bénévoles prêts à donner du temps pour vous soutenir dans cette épreuve.
 
 
 
 


 Accédez à toutes les informations officielles du gouvernement sur le site du gouvernent ou au 0 800 130 000 (numéro gratuit et officiel d’informations)

Dans cette période très particulière, où les comportements magnifiques côtoient des choses moins jolies, je me propose de Garder le lien avec vous.

De temps en temps je partagerai quelques réflexions, pistes, explications, réassurances de toutes sortes pour vous accompagner dans cette traversée... 

J'espère que cela nourrira vos pensées et vous fera chaud au coeur... 
 

Évitement ou agressivité ?

1er avril 2020

© Crédit photo Marie CHARLES

Situation inédite que celle où un virus nous contraint à éviter le contact, à rester chez soi en solitude ou en hyper contact ! Ambivalences et polarités, doubles discours et doubles contraintes … la période est prolixe sur ces sujets-là. Et, avec l’aide de tous ceux qui, avec courage, abnégation, ténacité, nous le permettent, nous allons continuer à appliquer ces consignes au mieux car notre vie en dépend.

Situation pesante, frustrante, anxiogène... et ce n’est pas fini. Perdre sa liberté – quelle que soit notre façon de la vivre – sentir le manque de nos proches ou l’intensité de notre vide social, être débordés sans espace d’intimité, avoir le désir de transgresser, ne savoir que faire des agacements pouvant aller jusqu’à la violence parfois.
Belle occasion imposée pour regarder nos parts d’ombre !

Situation à vivre et qui sera pour certains traumatique.

-> Dans notre réalité, avec nos peurs pour l’avenir, nos incapacités à penser, se projeter, agir, qui nous font tourner en rond et monter en puissance sur les colères ou la détresse. Ces moments où, pour « tenir », il ne faut pas trop anticiper, et où pour chacun la vision de ce qui va advenir exige que nous anticipions justement. Mais là encore l’impuissance nous assaille puisque nous ne savons pas … ni quand, ni comment, ni ce qui sera possible.

-> Et puis dans notre psychisme, où ce stress traumatique – qui sera pour la plupart  un post-trauma - génère des crises d’angoisse, des anxiétés excessives, des confusions, des sensations de flottements et des passages à l’acte. Sur soi, pour que cette peur s’arrête, sur les autres en « règlements de compte » sans sens, juste nécessaires pour évacuer ces émotions envahissantes et déstructurantes.

Loin de moi l’idée de vouloir excuser ces comportements, qu’ils soient dans le repli excessif qui mène à la coupure, ou dans la colère, verbale ou mise en actes. En fait, nous sommes alors dans des polarités aux conséquences identiques : la projection des mots ou des gestes est tout aussi violente que le silence et la coupure. L’autre est alors contraint une seconde fois, impuissant, soumis, jugé et seul. 

Je tiens juste à les nommer, les expliciter car ils sont le fruit de notre souffrance intérieure. Je crois que les mettre à notre conscience, savoir mieux,  permet parfois de gérer et de contenir, de choisir comment mettre du sens à nos actes, de constater ce qu’ils pourraient être et trouver alors une autre forme à ce que nous avons à dire, à revendiquer, à reprocher, avec du respect dans les mots, les gestes, qui permettent alors la reconnaissance de la douleur des deux parties, et l’excès dont l’autre subit la lourde peine.

Et puis, il y a notre humanité en marche aussi, avec des très jolis actes créatifs qui relient, soulagent, aident. Nous avons à faire acte de solidarité, de bienveillance active, afin que tous nous puissions nous retrouver, de l’autre côté et célébrer notre Vie retrouvée, peut-être plus attentifs et soucieux de nous :  Êtres humains fragiles au Monde.

Marie CHARLES


Retrouvez mes partages précédents


Abonnez-vous !
 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ __ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Gestes Barrière à ne pas oublier :

  • Se laver les mains régulièrement ;
  • Utiliser un mouchoir à usage unique ;
  • Tousser ou éternuer dans son coude ;
  • Porter un masque jetable quand on est malade.

 

=> ABONNEZ-VOUS et recevez l'Édito tous les mois !

Retrouvez l'édito des mois précédents ]