Marie CHARLES, Gestalt therapeute, Psychopraticienne, Superviseur et formatrice

Bonjour à vous,

Ces pages à venir ont pour objectif d’initier les réponses à vos questions sur les différents accompagnements que je pratique, le cadre de mes interventions, et l’écoute que je  propose afin d’entendre vos besoins, vos désirs, vos attentes  et de vous aider à y trouver un chemin.

Nous traversons depuis des mois une crise aux multiples dimensions qui sollicite nos capacités d’adaptation, d’ajustement, de protection de soi… et des autres : physiquement, affectivement, psychiquement. Il est probable que nous allions vers du mieux, lequel sera de toute façon empreint de choix difficiles et de contraintes multiples.
Je poursuis, en partie, mes activités. Toujours en distanciel pour le moment et toujours sur les axes que j’ai choisi de maintenir actifs.

Je continue les thérapies avec ceux qui ont besoin de clarifier leurs réflexions, de faire des choix engageants, d’être soutenus dans la mise œuvre de leurs projets, et qui, après un travail déjà long, sont en capacité – avec mon appui - de cheminer par eux-mêmes.

Je supervise les professionnels de l’accompagnement,  dans l’analyse de leur pratique, dans la mise en lumière des  résonances entre les thèmes traités  et leur propre histoire, dans l’exploration de leur contre-transfert, et donc  dans l’ouverture à de nouvelles perspectives. Nous y revisitons aussi  la théorie si nécessaire et surtout nous renforçons la construction de la posture du thérapeute.

Je poursuis mes activités de formatrice, avec un public curieux et soucieux de compléter son évolution personnelle avec un Savoir théorique thématique et un apprentissage au travers d’expérimentations.
Le Savoir vient alors compléter la connaissance de soi, amplifier le Savoir Être pour renforcer le Savoir Faire.

J'accompagne à la rédaction de mémoires professionnels de jeunes thérapeutes en cours de certification. L’objectif ici est de s’adapter aux besoins spécifiques de chacun, d’accompagner la définition du thème à traiter, d’en explorer les dimensions dans l’histoire personnelle et dans le parcours thérapeutique, tout en faisant des liens avec l’éclairage théorique Gestaltiste… ou autre.

 


Nouvelle prestation !

Aide à la rédaction de Mémoires

 

Le parcours de formation d’un thérapeute commence par la découverte de la théorie concernée et son assimilation. Dans un même temps l’expérimentation de cette théorie se fait dans le cadre de pratiques de groupe, l’apprentissage personnel des lectures rattachées, l’analyse de soi dans son environnement au regard de cette théorie.

Il se poursuit par la rédaction de « mémoires » lesquels font état du parcours de vie de la personne concernée, de sa compréhension de ce qui l’a  construit – ou pas – et qui a de toute façon conditionné son Etre au Monde et ses traits de personnalité.

Il est bien sûr nécessaire de démontrer en quoi la connaissance théorique a permis d’éclairer cette lecture de l’histoire, et combien l’assimilation va être utile pour clarifier le parcours fait, et pour le mettre au service des futurs accompagnés.

J’interviens, selon les besoins à différentes étapes de cette rédaction. J’assure avant toute chose le soutien actif émotionnel, intellectuel, psychique du rédacteur.

Gardons le lien... Réseaux sociaux Viadéo Linkedin Facebook Facebook


> ABONNEZ-VOUS ET RECEVEZ L'ÉDITO TOUS LES MOIS !

L'édito de Septembre 2021

« Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu’un d’autre de sa liberté. … Être libre ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes. C’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres »
Nelson MANDELA

«Liberté ? Plutôt co-liberté »

 © Crédit photo Marie CHARLES - Edito Septembre 2021

Notre été a été fait de tempêtes multiples, de désarrois, quelle que soit notre réalité. Alors, que ces lignes nous permettent de faire entrer un peu de lumière et de souffle dans nos cœurs et de prendre du recul pour penser, clarifier, élaborer autour de ce thème : Notre Liberté !

Concept très présent pendant ces semaines, utilisé à bon ou à moins bon escient, pour dire et même dénigrer. Liberté de penser, d’affirmer, d’asséner, de revendiquer. D’Être, comme humain pensant ! Donc, où commence notre liberté individuelle, et ou doit- elle être ajustée, au profit du vivre ensemble, de la relation à l’autre,  dans toutes les sphères de notre environnement. Nous avons à la défendre, à la protéger aussi. Mais, est-ce au prix de la destruction des liens construits au fil du temps ? Dans quel but vais-je me battre pour elle ? Pour réagir,  à ce qui me contraint et m’empêche de satisfaire mon seul désir et ma croyance,  pour déverser la rage qui m’habite, pour prendre un pouvoir quel que soit le prix ?  Ou pour m’affirmer et agir, avec la prise en compte du mieux pour tous, du respect de chacun, de l’attention à l’humanité ?

© Crédit photo Marie CHARLES - Edito Septembre 2021Il nous est donné à voir – malheureusement - comment en d’autres lieux elle peut être bafouée, devenir objet manipulatoire, mensonge, au profit de la domination et des abus. Dans les temps passés, des peuples ont été détruits en son nom et des Hommes ont héroïquement réhabilité cette valeur au centre de nos vies, au prix de leurs vies. Au nom de quoi ma liberté devrait-elle prévaloir sans qu’un dialogue vrai et respectueux se fasse, sans que la tolérance soit au cœur de ces échanges ? Ce qui émerge de suite parle de notre co- responsabilité une fois de plus, Individuelle et collective. De notre capacité à choisir pour soi dans le respect des autres, et d’assumer les conséquences de nos choix, en toute conscience. Nos décisions doivent prendre en compte les avantages et les désagréments, et nous avons à assumer. Il nous revient de faire avec les contraintes, et – bien sûr – de chercher à les faire évoluer, si elles ne nous paraissent pas justes. Mais avec un sage recul.

© Crédit photo Marie CHARLES - Edito Septembre 2021Cela ne peut être dans l’éradication de notre co-liberté, pas dans la création de conflits – familiaux ou sociaux – qui dénient le droit de penser autrement, de faire avec des convictions différentes. Pas avec des amalgames entre le passé et le présent, l’ici et l’ailleurs, sans se questionner sur le droit fondamental de chacun à cette liberté. Sachons apprendre du passé et faire autrement, avec les réalités du moment. Ce que nous traversons est dur, injuste, déstabilisant. Cela engendre la peur, que ce soit la pandémie, les guerres et abus hors de nos frontières, les évènements climatiques, etc. Oui, il nous est difficile de faire la part entre ce qui est vrai ou pas, ce qui est utile ou pas. Et, la sécurité totale, la sureté des décisions, l’évidence et la certitude n’existent pas. Nous sommes et resterons impuissants – en partie – face à des évènements que nous subissons et qui nous dépassent. Nous pouvons ajuster, améliorer, changer les choses - parfois nous-même- , mais notre force est dans la fraternité des hommes, et dans la volonté de la co-liberté. Sans cesse nous devons tenter de cheminer vers elle au mieux. Ce n’est ni facile, ni évident, pour personne. Cela demande effort et volonté, et toujours le respect réciproque.

© Crédit photo Marie CHARLES - Edito Septembre 2021Soyons capables de discernement. Refusons de nous embarquer dans la seule contradiction, la revendication stérile. Pensons et argumentons, dialoguons, et acceptons la contradiction tant qu’elle se veut clairement énoncée et mûrement réfléchie. Que chacun de nous assume ses positions, et les conséquences individuelles, sans en rendre responsable un autre, quel qu’il soit. Que notre liberté durement acquise s’enrichisse de la co-liberté… Que toute cette démarche ouvre vers un avenir partagé, plus responsable. Embarquons, avec et malgré le vent et la houle, mais ensemble. La traversée se devine longue et tumultueuse, sûrement source d’anxiétés. Luttons et traversons… mais ensemble.

A bientôt.

Marie CHARLES

=> Téléchargez l'édito au format 

[ Retour en haut de page ]